Mes 10 albums préférés de 2015

Posted in MusiqueLeave a comment

C’est devenu une tradition: chaque année, à la fin du mois de décembre, je vous parle des albums qui m’ont le plus marquée. Ils reflètent évidemment mes goûts musicaux, il ne s’agit donc pas d’un top complètement objectif, comme ceux que tentent de faire les magazines et sites spécialisés en musique.

Ces 10 albums sont ceux qui m’ont le plus impressionnée, émue, ceux que je trouve les plus novateurs et uniques, que j’écouterai encore dans 5 ans et qui me lieront à jamais à tout ce qui s’est passé durant les douze derniers mois.

Allez, on décompte!

10. Tyler, The Creator – Cherry Bomb

Cherry_Bomb_Tyler_the_Creator

Toujours plein de gros mots, toujours plein d’humour: Tyler n’a pas changé, et moi, je ne m’en lasse pas. Même s’il est plus mature que ses prédécesseurs, Cherry Bomb n’a pas perdu en sauvagerie: le style brut de Tyler s’y retrouve complètement, et est même agrémenté d’une pluie de featurings de premier choix (Schoolboy Q, Pharrell, Kanye West…).

9. Action Bronson – Mr Wonderful

action bronson mr wonderful

Le rappeur à la barbe rousse et à la silhouette bien connue des amateurs de rap ‘indé’ du monde entier a frappé fort cette année: son album est un véritable bijou! Fidèle à son style, complètement hors des tendances, il signe 13 morceaux intemporels aux mélodies qui sonnent comme du Canned Heat dans une décapotable en plein soleil, et des paroles qu’il déclame comme du gangsta rap.

 

8. Brodinski – Brava

brondinski brava

Si l’album tant attendu de la coqueluche des boîtes de nuit du monde entier ne fût pas ce qu’on peut appeler un succès commercial, il a bel et bien volé mon coeur. A mi-chemin entre électro et hip-hop, le son est nouveau et surtout, il fonctionne. Patience, Brodi, avec un peu de chance, le monde se réveillera dans 10 ans et estimera Brava à sa juste valeur!

 

7. Shlohmo – Dark Red

Shlohmo Dark Red

Dark Red fut l’un de mes premiers coups de coeur de l’année: Shlohmo, producteur de génie, s’y est en effet donné à coeur joie, en y déversant son son pas comme les autres, le distordant et le modifiant à sa guise. Le résultat? Un véritable ovni d’ambiant planante, empruntant des beats au hip-hop et à la drum’n’bass, qui vous prend par les sentiments du début à la fin.

 

6. The Shoes – Chemicals

The shoes chemicals

Si vous me lisez depuis assez longtemps, vous savez à quel point j’adore The Shoes, et vous vous douterez donc à quel point leur musique m’a manqué. Leur dernier album Crack My Bones, sorti en 2011, a marqué ma vie à jamais, et j’avais vraiment hâte d’enfin découvrir son successeur. Produit à Londres et fruit d’un travail acharné pendant plus d’un an, Chemicals s’avère être un véritable coup de génie. Jamais je n’avais entendu un truc pareil: chaque morceau est terriblement complexe, on y reconnaît un nombre incroyable d’influences d’horizons à priori incompatibles, qui pourtant se mélangent avec une facilité déconcertante. Aux vocals, on retrouve également l’habitué Esser avec sa voix inimitable, ou encore Petite Noir et Sage. L’album possède tellement de niveaux de ‘lecture’ que je pense que je n’en ai pas encore fini avec. De quoi patienter jusqu’au prochain…

 

5. Hudson Mohawke – Lantern

hudson mohawke lantern

Celui-là aussi, je l’attendais de pied ferme… et je n’ai pas été déçue ! J’admire HudMo pour sa capacité à créer un son unique, à mixer les influences comme personne, à livrer un résultat accessible et pourtant fondamentalement expérimental. Après avoir produit pour les autres pendant plus d’un an, l’écossais s’est enfin penché sur son propre opus, où il a mis tout son coeur et son ardeur. L’album est court (47 minutes) mais efficace. Chaque morceau a sa propre identité, et vient apporter sa pièce à un ensemble étonnamment cohérent. Et surtout, rien n’est superflu: on n’est pas là pour meubler. J’ai lu dans une interview sur laquelle je n’arrive plus à remettre la main qu’il disposait à la base de beaucoup plus de morceaux, et que ce n’est qu’après un processus de tri très strict (impliquant notamment Mark Ronson et Zane Lowe) que les heureux élus ont fait leur chemin jusqu’à la pochette. C’est le genre de travail que je trouve honorable: un résultat satisfaisant, ça prend du temps, de l’effort, de l’humilité. Et ça paye.

 

4. The Weeknd – Beauty Behind The Madness

the-weeknd-beauty-behind-the-madness

Preuve que commercial ne veut pas toujours dire mauvais: The Weeknd s’est faufilé au sommet sans perdre de son charme, et sa musique s’est imposée sans s’être formatée aux standards de la pop américaine. Beauty Behind The Madness est brut, plein de bizarreries, et malgré tout, c’est un bijou de r’n’b moderne. On s’y retrouve plongé dans l’univers du Canadien à la voix unique, un mélange de rébellion, d’émotions, de froideur et de souffrance. J’ai d’ailleurs super hâte d’être le 23 juillet, date à laquelle j’assisterai au concert de The Weeknd, qui accompagnera Rihanna et Big Sean au stade de Lille!

 

3. AT.LONG.LAST.A$AP – A$AP Rocky

AtLongLastASAPCover

J’en profite pour faire mon coming out: je n’ai jamais été fan d’A$AP Rocky. Tout ce qu’il faisait me semblait superficiel et inutile, ce n’était qu’un ‘poseur’. Heureusement, mon homme est un peu moins radical dans ses jugements: car c’est grâce à lui que j’ai malgré tout pris la peine d’écouter AT.LONG.LAST.A$AP, un véritable bijou de la musique contemporaine, qui n’a rien à voir avec ce à quoi A$AP Rocky nous avait habitué. Et il faut une sacrée paire pour sortir un truc pareil: Rocky s’est mis en danger, s’est confronté à l’inconnu, tout en s’entourant des meilleurs, histoire d’obtenir un résultat à la hauteur de ses ambitions. Cet album, c’est l’enfant inattendu entre le rap et le rock psychédélique des années 70: ça sonne vintage, et en même temps, il n’y a qu’aujourd’hui que ça pourrait exister. Ca fait avancer le rap, et moi, c’est tout ce que je demande. Et puis, Rod Stewart chante avec Rocky sur Everyday alors bon, voilà, je sais pas ce qu’il vous faut de plus.

 

2. FKA Twigs – M3LL155X

FKA Twigs M3LL155X

Ok, je triche un peu: M3LL155X n’est « qu' » un EP. Mon blog, mes règles! Ce qu’il faut en retenir, c’est surtout qu’il est meilleur que presque tous les albums que j’ai écouté cette année. Et ça, c’est balèze. En même temps, qui d’autre que FKA Twigs pourrait réaliser une manoeuvre pareille? Sortis par surprise, ces 5 morceaux furent également dotés d’une longue vidéo d’illustration, le tout produit, interprété, réalisé, dansé et bien sûr pensé par FKA Twigs. Cette nana est une déesse, elle sait tout faire et elle fait tout parfaitement, elle a un véritable don pour la beauté et un sens de l’esthétique incroyable. C’est une artiste dévouée à sa passion et à sa mission. Oubliez Madonna, Beyoncé, Lady Gaga… c’est elle la meilleure et je ne sais pas pourquoi elle n’a pas encore été couronnée reine du monde.

 

1. Drake – If You’re Reading This It’s Too Late

drake if you're reading this it's too late

Ah, Drake. Je pense qu’on peut dire que 2015 était son année! Pour moi, en tout cas, c’était la révélation. Je n’ai très honnêtement jamais été complètement convaincue par sa musique (oui, je peux être une vraie hateuse, je suis très difficile et critique), je trouvais son style et son flow too much, pas posés, pas justes. Mais ça, c’était avant If You’re Reading This… Chaque artiste a besoin de temps et d’expérience avant de trouver ses marques, et pour Drake, c’est avec cet album, largement au-dessus de tout ce qu’il avait fait avant, que la consécration est arrivée. Les lyrics sont ultra-bons et tapent juste, les productions sont minimales mais entêtantes, l’attitude est là. Ca fait des mois que je change de morceau préféré tous les 15 jours, et en général, pour moi, c’est révélateur d’un truc assez rare: je ne me lasse pas de cet album.

Et voilà! J’espère vous avoir partagé mon enthousiasme et fait découvrir de chouettes trucs. Honnêtement, 2015, était une année exceptionnelle d’un point de vue musical. Mon grand regret: avoir attendu désespérément les albums de deux de mes artistes préférés, Kanye West et Frank Ocean. J’espère sincèrement les voir arriver dans les mois à venir, parce que ça commence à faire long, sans eux…

Laisser un commentaire