Make your own kind of music

Posted in Blogging, Grande gueule1 Comment

writing is hard

Ces derniers temps, on voit fleurir un peu partout des articles destinés à donner un coup de pouce aux blogueuses en mal de succès. Ils s’intitulent « 5 raisons pour lesquelles personne ne lit ton blog – et comment faire en sorte que ça change« , « Quels outils utiliser pour maximiser ton impact sur les réseaux sociaux », « La recette d’un Instagram à succès » ou encore « Les do’s et don’t qui vont booster ton blog ».

Plus ou moins bien rédigés, ces articles prodiguent des conseils (parfois bons, parfois risibles) aux milliers de jeunes blogueuses qui se lancent chaque jour, leur promettant succès, visibilité et influence.

Et même si en soi, ces conseils peuvent effectivement porter leurs fruits, ça me dérange.

bullshit oprah

C’est révélateur d’une vision des blogs qui n’est pas la mienne, et qui est en train de mener la barque vers la mauvaise rive.

Il y a un truc dans cette démarche que je trouve fondamentalement en désaccord avec le fait même de tenir un blog: si je blogue, c’est avant tout pour moi-même. Egoïstement. Parce que j’en ai envie, parce que j’aime ça. Où je veux, quand je veux – quand j’ai le temps. C’est ma passion, mon hobby, et la façon dont je le pratique m’appartient. Bien sûr qu’il vaut mieux avoir une certaine cohérence dans ses photos, n’empêche que si j’ai envie d’utiliser le filtre F2 au lieu du HB1 pour instagrammer mon petit-déjeuner, je ne vais pas me gêner.

ashsh

« Choisir un sujet et s’y tenir », cela permet effectivement aux lecteurs de savoir clairement à quoi s’attendre, mais être prévisible, n’est-ce pas justement un peu triste? Personnellement, je vous parle de ce dont j’ai envie de vous parler, que ce soit mon nouveau sac, mes vacances, les festivals auxquels je compte me rendre, mon nouveau resto préféré, ma crème de nuit… j’aime beaucoup de choses différentes dans la vie, et je n’ai pas vraiment envie de me priver de partager tout ça.

b-s

Un autre « tip » qui revient souvent, c’est de « poster 2 ou 3 fois par semaine à des jours réguliers ». Et c’est vrai, agir de la sorte permet de créer un rendez-vous avec les lecteurs. Mais passer tout son temps libre à bloguer, stresser à l’idée de devoir écrire un article, trouver un sujet à l’arrache, se forcer à poster, s’auto-flageller quand on n’a rien publié depuis une semaine, est-ce vraiment sain? J’ai peu de temps libre, et beaucoup d’autres choses à faire. Devenir l’esclave de mon blog, non merci. Je préfère cent fois faire ce que je veux, quitte à ne pas avoir 50 000 followers, quitte à ne pas être considérée comme une « blogueuse de la A-list ».

tom hanks

Croyez moi, je sais combien ça peut être frustrant: moi aussi, parfois, je me laisse envahir par l’envie, par la jalousie. Puis, je me rappelle pourquoi j’aime ce que je fais. Mon blog est mon projet personnel, mon échappatoire, à quoi bon y injecter des éléments de stress? M’éclater, faire mon truc, ça me rend beaucoup plus heureuse que toute la popularité du monde.

Et ces conseils, aussi documentés et efficaces soient-ils, sont dangereux pour celles qui les prendraient à la lettre. Bloguer doit rester un plaisir, alors mon conseil à moi, ce serait de ne pas trop se laisser happer par la course au succès, aussi tentant que ça soit, car vous risqueriez de vous y perdre. Et votre personnalité a bien plus de valeur que des likes et des commentaires.

One thought on “Make your own kind of music

  1. […] article Make your own kind of music est apparu en premier sur Simple & […]

Laisser un commentaire