vendredi, 28 juin 2013

Inner Strength

 tao-inner-strength.jpg

Le sport et moi, c'est "je t'aime, moi non plus"; je me prends de passion pour une discipline, j'y vais à fond pendant une, deux semaines, j'en parle partout, et puis je ne trouve plus le temps, l'énergie, le moment - bref, je me lasse, ne nous voilons pas la face. Je n'ai jamais vraiment pratiqué de discipline sportive, du coup je n'ai pas non plus le physique qui va avec, et mon amour infini de la bonne bouffe et de la junkfood n'arrange évidemment rien.

Me and sports have always had a complicated relationship: I always get super-excited about something, dive into it for a couple of weeks, talk about it everywhere, all the time, and then suddenly I can't find the time, the moment, the energy anymore - let's be honest, I just get tired of it. I've never really practiced a sport, which obviously led to a not-very-athletic figure, maintained daily by a strong addiction to food and a little bit too much drinking.

942487_572778256077652_1743692879_n.jpg

En plus de tout ça, j'ai vécu il y a deux mois une rupture assez difficile, qui m'a momentanément retiré toute l'énergie et le courage qu'il pouvait me rester. Le lendemain de ce jour douloureux démarrait le programme TAO Inner Strength, auquel j'avais accepté de participer parce qu'il avait déjà eu lieu dans d'autres villes et que ça avait l'air plutôt fun. Autant vous dire qu'au moment de prendre le tram pour me rendre chez SMETS, où avait lieu la première session, j'avais une motivation proche de zéro - juste envie d'être dans mon lit, de manger des cochonneries en regardant des séries et de me laisser devenir obèse.

Mais je me suis forcée et grand bien m'en a pris: finalement, le programme Inner Strength est arrivé à point nommé, à un moment de ma vie où j'en avais vraiment besoin. Mais c'est quoi, au fait, le programme Inner Strength?

On top of that, I've been to a pretty tough breakup two months ago, which temporarily took away all the energy and the courage that was left in me. The day after the separation, the TAO Inner Strength programme, which I agreed to participate in after I saw how much fun people in other cities seem to have with it, was starting.  I might as well just put it this way: when I hopped on the tram to SMETS, where the event was held, all I really wanted was to stay in bed, eat ice cream and cookies while watching series and let myself become obese.

But I got a grip on myself and attended the event, which turned out to be a great choice: the Inner Strength programme arrived at a point in my life where I really needed it. But what is Inner Strength anyway?

988606_593105410711603_1455853200_n.jpg

600283_587251271297017_1982020263_n.jpg

Vous connaissez sans doute la marque de boissons TAO, des thés frais, sans sucres ajoutés, à indice glycémique bas, bref, du truc bon pour la santé et pas très calorique (oui, ça se boit aussi avec de la vodka). TAO a initié il y a quelques mois un programme appelé Inner Strength, destiné dans un premier temps à quelques journalistes, blogueurs et fans Facebook. Le programme comporte un volet sportif de travail des "core" muscles (les muscles profonds responsables de notre équilibre) et un volet culinaire, dont le rôle est de faire découvrir aux participants une cuisine saine, basée sur les légumes.

You probably know about TAO and their tasteful iced teas, with no added sugars and low glycemic index - which means all in all that it's a healthy and light drink (yes, you can also use it with vodka and it's actually pretty good!). A few months ago, TAO launched a programme called Inner Strength and invited some journalists, bloggers, and a few lucky Facebook fans to follow it. The programme consists of a physical training, focused on the core muscles and the body balance, and a cooking class, which goal is to teach participants a more healthy way of thinking their meals, based on vegetables.

tao-inner-strength-2.jpg

1045069_593105467378264_1963868063_n.jpg

Le programme Inner Strength était donc articulé autour de deux sessions de sport collectives avec Elodie Ouédraogo et d'une session de cuisine avec le chef Frank Fol. En dehors de ces sessions collectives, nous avions à notre disposition des coachs perso de choix: Wout Verhoeven, champion de Belgique du 100m, et Glenn Vercauteren, fils de Franky et surtout kiné sportif, avec qui nous pouvions prendre rendez-vous pour un footing et quelques squats sur l'heure de lunch ou après le boulot.

Autant vous dire qu'en deux mois, ça n'a pas chômé: 2 à 3 fois par semaine, à la maison ou en extérieur, seule ou accompagnée, j'ai religieusement exécuté les mouvements appris. Si le but de l'exercice n'est pas de perdre du poids (c'est surtout beaucoup de musculation et de prise de conscience de l'espace), je peux vous dire que maintenant que le programme touche à sa fin, je sens une différence: sans aller jusqu'à dire que TAO m'a guéri de ma rupture (y'a pas écrit bécasse ici), l'ensemble du programme m'a en tout cas permis de me recentrer sur moi, de prendre le temps de me poser et de m'approprier mon corps, autant par le sport que par la nourriture. Ca m'a mis sur une voie saine et positive que j'ai envie de suivre, et puis si le corps va mieux, le mental doit pouvoir suivre, pas vrai? ;)

The Inner Strength programme was punctuated by two collective training sessions with Elodie Ouédraogo and a cooking session with the chef Frank Fol. Apart from these collective sessions, we had the possibility to keep on moving just by giving a call to one of our two personal trainers, Wout Verhoeven (100m champion of Belgium) and Glenn Vercauteren (yep, Franky's son but also a great physiotherapist specialised in athletes), and go for a run and a few squats during lunch break or after work.

In a two months time, I managed to keep a decent rythm: 2 to 3 times a week, at home or outside, alone or with Glenn, I followed the programme. What about the results? Well it's hard to tell. The aim of the training isn't to lose weight, since it's mainly musculation movements, though I can definitely tell the difference. Obviously I wouldn't say it cured my broken heart (who would I be fooling), but the whole Inner Strength programme helped me taking care of myself more, especially of my body. It put me on a healthy and positive way that I wanna follow: when your body feels great, the soul follows, right? ;)

8634_587250451297099_1755807850_n.jpg

Un grand merci à TAO, Oona, Glenn, et toute l'équipe et les partcipants du programme !

Many thanks to TAO, Oona, Glenn and all the Inner Strength team and participants !


| | Pin it!

mercredi, 30 janvier 2013

When in Gent: SMAK

 

Il y a un endroit à Gand où, depuis mes premiers pas dans la ville, je me réfugie régulièrement. Un lendemain de veille, un dimanche après-midi, dès que je m'ennuie ou que j'ai besoin d'inspiration, je fonce au SMAK, incroyable musée d'art contemporain situé à deux pas de chez moi. J'y passe une heure ou deux, le temps d'explorer tous les recoins des expos sélectionnées avec soin, toujours surprenantes, souvent didactiques et ludiques, jamais élitistes (allez, presque jamais). Gros plus: le prix d'entrée ridicule, 1 euro pour les moins de 26 ans, gratuit pour les moins de 19, 6 euros pour les plus de 26.

C'est un endroit calme, agréable, spacieux, où même les noobs de l'art (pour vous servir) se sentiront à l'aise.

There's a place in Ghent that I had a crush on as soon as I set foot here for the first time, and that I visit as much as I can: when I'm hungover on a Sunday afternoon, or whenever I'm bored or seeking inspiration, I spend a few hours at SMAK, the amazing municipal contemporary art museum. I try not to look at my watch and take some time to explore every nook of every exhibition. SMAK exhibitions are always curated with care, surprising and original, often didactic and entertaining and never elitist (ok, almost never). Big plus: the entrance fee is ridiculously low, 1 euro if you're under 26, 6 euros if you're older, free if you're less than 19.

SMAK is a quiet, pleasant, spacious place, where even art noobs (yes, like me) will feel comfortable.

 

En ce moment, deux très belles expositions sont présentées simultanément, j'ai eu la chance de les découvrir dimanche dernier et, chacune à leur façon, elles m'ont captivées:

- Joachim Koester: Maybe One Must Begin With Some Particular Places, une sélection d'oeuvres réalisées par l'artiste durant les vingt dernières années. Une expo mêlant photo, video et installations, dans une impressionnante mise en scène de cabane géante. Vraiment très beau, j'ai adoré y traîner, m'asseoir dans les salles de projection plongées dans le noir et oublier de penser pendant quelques minutes. Jusqu'au 10 mars.

- ENSEMBLEMATIC: une rétrospective dédiée à des artistes qui ont marqué l'histoire du SMAK au fil des années, composée d'oeuvres appartenant à la collection du SMAK ou prêtées par des privés. Une occasion unique de vous confronter aux oeuvres de Wim Delvoye, Jan Fabre, Luc Tuymans ou encore Bruce Nauman, je vous promets que c'est génial! Jusqu'au 2 juin.

 

They are currently showing two very interesting exhibitions, that I discovered last Sunday. Each in their own way, they captivated me:

- Joachim Koester: Maybe One Must Begin With Some Particular Places, a selection of the artist's work from the past 20 years. It mixes photography, video and installations, placed in a very impressive wooden set up. It was really beautiful, I loved hanging out there, sit in the dark screening rooms and let go of reality for a few minutes. It runs until March 10th.

- ENSEMBLEMATIC: a retrospective exhibition dedicated to artists that have made history of the museum, showcasing pieces that belong to the SMAK collection or lent by private collectors. It is a rare occasion to discover the work of artists like Wim Delvoye, Jan Fabre, Luc Tuymans, Bruce Nauman, and so many more! Trust me, it's amazing. Until June 2nd.

 

Quelques photos prises lors de ma visite, mais évidemment rien ne vaut le coup d'oeil en vrai ;)

Here are a few picturs that I took at the museum, but of course, nothing better than seeing all this with your own eyes ;)

SAM_1352.JPG

SAM_1351.JPG

SAM_1501.JPG

SAM_1536.JPG

SAM_1547.JPG

SAM_1529.JPG

SAM_1375.JPG

SAM_1385.JPG

SAM_1376.JPG

SAM_1412.JPG

SAM_1415.JPG

SAM_1425.JPG

xW6cov on Make A Gif, Animated Gifs

SAM_1476.JPG

SAM_1494.JPG

 

S.M.A.K. (Stedelijke Museum voor Actuele Kunst)
Citadelpark
9000 Gent

(15 minutes à pied de la gare St Pieters)

 

Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h

Open from Tuesday to Sunday, from 10 a.m. to 6 p.m.

 

| | Pin it!

mercredi, 25 juillet 2012

When in Gent: DOKstrand

 

Depuis mon déménagement de l'autre côté de la frontière linguistique, vous avez été nombreuses à me demander quels étaient mes bons plans dans ma ville d'adoption, Gand - ou Gent en flamand, la langue parlée par les autochtones.

Comme promis, j'inaugure donc aujourd'hui une nouvelle "rubrique" sur le blog, où je vous donnerai régulièrement mes "hotspots", avec l'ambition de vous fournir mon petit guide à moi, pour que le jour où vous venez visiter Gand vous vous y sentiez comme chez vous!

Since I moved to the other side of Belgium about two months ago, I've been asked by many of you to give some advice about what you should do and visit when in Ghent - or Gent, as we say here in flemish.

As promised, I will start today a new rubric to give you some tips about places you should visit, hoping I can provide you my own personal guide to Gent's hotspots! This way, I hope that the day you visit us, you can feel as welcome as I did!

 

Comme beaucoup de villes, Gand possède en été sa plage artificielle. Située sur les quais, non loin de Dampoort, c'est à mes yeux la plus belle réussite du genre! Calme, farniente, cocktails, sable, concerts...on s'y croirait presque!

Like many other towns, Gent has its own summer artificial beach. It's located on the docks, close to Dampoort, and in my opinion, it's the closest thing to a beach feeling I've ever seen in a city ! Farniente, cocktails, concerts, it's vacay-cay everyday!

A faire: le bar à cocktails, qui propose régulièrement de délicieuses nouveautés, comme le gin-tonic concombre ultra-rafraichissant commandé par mon amoureux dimanche dernier, ou mon délicieux daïquiri-fraise!

Do: the cocktail bar! They come up with new suggestions all the time, like the cucumber gin-tonic that my bf got the other day or the frozen strawberry daïquiri I treated myself with.

 

Infos: toutes les infos sur les horaires d'ouverture se trouvent ici. Vous pouvez accéder à DOKstrand en voiture, en vélo, et la gare de Gent-Dampoort est à quelques pas de là!

Info: You can find all the practical info here. You can access DOKStrand by car, by bike, and it's just a few blocks away from the Gent-Dampoort station!

| | Pin it!

mercredi, 18 juillet 2012

(F)estivale part II: Dour Festival, iPhone Diary

Mon accréditation pour le festival. Je ne sais pas si vous avez noté, mais apparemment j'ai 14 ans! Youhouuu!!

 

Bah oui hein, désolée de publier aussi tard dans la semaine mais je suis revenue chez moi dimanche avec la mort aux trousses. Bon, ok, j'exagère, mais comme j'ai passé 4 jours avec les pieds humides et la goutte au nez, je ne pouvais pas m'en sortir en pleine santé! Fatigue, toux et autres joyeusetés ne me font pourtant pas regretter une seconde d'avoir, cette année encore, passé ces quelques jours au festival de Dour.

Après une journée de boulot, je prends le train puis la navette (toujours pas mon permis, non) direction la Plaine de la Machine à Feu! Je rate mon train, je poireaute dans la navette, mais j'arrive saine et sauve alors qu'une légère bruine commence à tomber sur le terrain.

Vous l'avez sûrement vu à la télé si vous n'y étiez pas, ça ne s'est plus jamais vraiment arrêté! Résultat: tout est véritablement innondé dès le jeudi soir, de la plaine du festival aux différents campings. Ah, et mes Vans sont foutues!

Qu'à cela ne tienne, mon homme me rejoint le vendredi soir, je l'appelle catastrophée et lui demande d'embarquer mes bottes dans sa voiture! Et heureusement, car ça n'a fait qu'empirer. Les magasins aux alentours sont en rupture de stock et sur le festival, on marche désormais dans de la boue plus ou moins liquide, allant parfois jusqu'à 20cm de profondeur.

Du coup, tout le monde s'est équipé et une fois les bottes au pied, malgré les intempéries, la fête bat son plein (en tout cas pour moi)!

Coup de bol, on aura même une longue et belle éclaircie le vendredi après-midi! On en profite pour se poser au Bar du Petit Bois, un espace calme aménagé dans une clairière où on s'assied sur des rondins pour...boire des bières (bah oui, what did you expect?).

En fin de journée, je file voir Sébastien Tellier. Je sais que les avis sur ce concert sont partagés mais moi j'ai adoré son trip "gourou de secte" et je suis fan de sa musique donc je lui mets du vert! Oui oui!

J'enchaîne ensuite avec Blackstar, le groupe formé par Mos Def et Talib Kweli, pour finir ma nuit dans les différents chapiteaux du festival (avec en vrac, Caspa, Space Dimension Controller, The Chain et DJ Odilon).

ph/ @lisabillen

Le samedi arrive vite et le réveil est assez surréaliste: plus un seul carré d'herbe, tout n'est plus que marécage et même en bottes, il faut faire gaffe pour ne pas tomber. Quelques-uns en ont fait les frais - d'autres ont juste kiffé la boue en mode Woodstock.

ph/ @wonder4

Le soir, c'était le concert très attendu de The Shoes, et franchement je dois dire que je crois que c'est la meilleure prestation que j'ai vue du festival! Je ne suis pas très objective parce que j'adore ce groupe, mais ils ont réussi à retourner la Club Circuit Marquee en une heure et ça, ça reste assez admirable. Leur prestation (ainsi que d'autres du festival!) est disponible sur le site d'Arte, si vous ne me croyez pas!

ph/ @wonder4

Après le concert, j'ai rapidement rejoint mes amis de Forma.T, qui avaient eu en charge la programmation d'une scène à La Petite Maison dans la Prairie. Fin de soirée entre potes et vodka, juste pour bien bien ramasser le dimanche en somme...

 

En conclusion, c'était donc encore une fois un grand cru, et malgré la boue je suis déjà un peu nostalgique de ces quelques jours à part...

 

481989_10151031463219800_1453784830_n.jpeg

ph/ @lisabillen

 

 

| | Pin it!

lundi, 18 juin 2012

Je cours

Désolée d'avance pour celles à qui j'aurai réussi à mettre cette magnifique et inoubliable chanson en tête, mais au moins vous savez de quoi on va parler aujourd'hui!

 

Comme vous le savez si vous suivez un minimum ce qui se passe ici, j'ai récemment commencé à courir. 

Pour le background de l'histoire, sachez bien que JAMAIS dans ma vie je n'ai fait de sport (à l'école je me cachais dans les buissons pour ne pas devoir participer), je suis une grosse mangeuse et j'ai commencé à fumer à 14 ans.

Ca ne m'a jamais posé de problème, jusqu'au moment fatidique où, en vieillissant, comme tout le monde, j'ai remarqué que je me ramolissais à grande vitesse et surtout, que ma condition physique commençait à prendre pas mal d'importance. Il fallait que je commence à prendre soin de moi et de ma santé.

 

Là, on parle d'une prise de conscience qui date d'il y a presque un an. Il m'a fallu un event Nike et une paire de runners offertes pour que je me décide à bouger ma graisse.

IMG_2099.JPG

Eh bien, croyez-le ou non mais je m'y tiens!

Depuis un peu plus d'un mois maintenant, je cours entre 2,5 et 4km 2 à 3 fois par semaine...et j'aime ça!

Pourquoi?

Parce que je suis dehors, moi qui passe ma vie enfermée dans un bureau devant un ordinateur ou assise dans un train. Parce que je contrôle moi-même mon rythme et que je peux aller courir quand j'ai le temps, quand ça m'arrange. Parce que je peux écouter ma musique à fond et que tout le monde me fout la paix. Parce que je peux m'arrêter quand je suis crevée, marcher, reprendre. Parce que ça m'aide à évacuer le stress que j'accumule en permanence. Parce que je me vois progresser et ça m'encourage!

IMG_2100.JPG

Et je pourrais continuer comme ça pendant des heures, mais ça vous saoulerait et ça ne vous donnerait plus du tout envie de faire de même - ne vous inquiétez pas, je ne me suis quand même pas transformée en une grosse freak de sport.

 

Bref, tout ça pour vous donner quelques conseils du haut de mon mois d'expérience au cas où vous voudriez vous y mettre:

- trouvez votre équilibre: durée, distance, terrain (certains préfèrent courir au parc, moi c'est sur les trottoirs), faites des essais, vous sentirez vite ce qui marche pour vous!

- ne soyez pas trop durs avec vous-mêmes: courir à jeûn, sans s'arrêter, sur une longue durée...c'est mieux, certes, mais ça décourage. Si vous avez faim mangez une banane, si vous avez un point de côté marchez (mais essayez quand même de ne pas vous immobiliser) en respirant profondément, si vous êtes vraiment crevé rentrez chez vous et douchez-vous.

- équipez-vous correctement: je suis bien consciente du prix d'une paire de Nike et que tout le monde n'a pas la chance d'en recevoir une paire, néanmoins je vous recommande chaudement de profiter des soldes pour choper de vrais runners. Courir en Converse, c'est quand même très moyen! Côté fringues, H&M fait de très bons soutiens-gorge de sport et a de temps en temps de chouettes vêtements, sinon Décathlon fait très bien l'affaire. Non seulement vous aurez un équipement adéquat mais en plus ça vous aidera à vous mettre dans le mood, à couper votre journée par cette demi-heure de "performance".

- préparez-vous une bonne playlist! Si vous avez besoin d'inspiration, voici un extrait de la mienne:

- faites-vous coacher: par un vrai coach perso si vous avez les moyens, par une application smartphone si vous faites partie du commun des mortels. Ca vous permet de suivre vos progrès, de vous assigner des objectifs, d'analyser vos sessions.
Personnellement, j'ai choisi Nike+ GPS sur iPhone, qui convient très bien à mes besoins.

IMG_2067.PNG

IMG_2068.PNG

Après avoir préparé une playlist spéciale running et une sélection de  "Powersongs" (quand on a un coup de mou, une "Powersong" peut vraiment redonner du courage!), je démarre un nouveau "Run".

IMG_2066.PNG

Moi, je préfère m'assigner un objectif en kilomètres, mais c'est comme vous voulez - l'app permet aussi de courir contre la montre ou librement, et traque quand même toutes les données métriques. Vous déterminez quel est votre objectif, et go! Petit conseil: vérifiez bien que le voyant du GPS est vert, sans quoi toutes les données seront faussées.

IMG_2069.PNG

IMG_2070.PNG

A chaque "cap" de votre course (1er km, moitié, objectif presque atteint), la coach vous encourage, ce qui rythme bien la session. 

A la fin de votre "Run", vous avez la possibilité de faire des commentaires (quel temps faisait-il, dans quelle humeur étiez-vous...) et d'admirer votre parcours sur une map.

IMG_2072.PNG

IMG_2073.PNG

Cerise sur le gâteau, l'app peut être liée à vos comptes Facebook, Twitter et Path, ce qui vous permettra si vous le voulez de recevoir des encouragements et félicitations de vos amis!

Capture d’écran 2012-06-17 à 18.33.56.png

Capture d’écran 2012-06-17 à 18.34.17.png

Je sais que l'app a aussi toute une dimension communautaire sur le site Nike+ mais je n'ai pas testé pour l'instant, je vous ferai signe si c'est le cas un jour!

 

C'est la seule application que j'ai testé pour l'instant, mais je sais que Nike+ iPod et Runkeeper ont pas mal de succès aussi donc...à vous de jouer maintenant!

 

| | Pin it!