Face à l’hiver avec l’aromathérapie

Il y a encore quelques semaines, je chaussais mes mules, enfilais mes lunettes de soleil et laissais mes vestes prendre la poussière dans mon vestiaire. Mais là, il n’y a plus rien à faire: d’un coup, on est en plein mois de novembre, on approche les zéro degrés et la motivation de mettre le nez dehors baisse à vue d’oeil.

Personnellement, je trouve qu’il y a un côté excitant aux changements de saison: les paysages changent complètement, l’air est différent, on change ses habitudes. C’est d’ailleurs l’un des aspects que j’adore dans nos contrées – nous avons la chance de voir défiler 4 véritables saisons.

En revanche, il y a une chose qui m’arrive systématiquement et dont je me passerais bien: le syndrome de la goutte au nez/gorge qui gratte/frissons dans la nuque à répétition, a.k.a. le rhume persistant, qui s’installe parfois dès le mois de septembre et ne commence à s’estomper qu’en avril.

Je m’y suis habituée, mais c’est quand même bien relou au quotidien: manque de concentration, d’énergie, de motivation. Week-ends passés à récupérer péniblement, vie sociale ultra-minimaliste, tenues ridicules à force d’empiler les couches – bref, vous avez compris je pense.

phytosun-aromatherapie

Pas vraiment adepte des médicaments, cela faisait depuis mon initiation aux huiles essentielles dans la cosmétique, en mai dernier, que j’envisageais celles-ci pour donner un coup de pouce préventif à mon système immunitaire. Hasard heureux, vers la fin de l’été j’ai été amenée à découvrir Phytosun via mon travail, et j’ai ainsi eu l’opportunité de tester quelques H.E.-clé pour la saison froide, ainsi que leur diffuseur Silva.

Je ne sais pas si vous vous sentez à l’aise avec le sujet, mais il faut savoir qu’en recevant mon kit de débutante, je n’avais absolument aucune idée de comment faire. Tout ce que je savais, c’est que les huiles essentielles, ça ne s’improvise pas, et qu’il y a certains dangers.

phytosun-huiles-essentielles

Pour commencer, veillez à choisir des huiles essentielles adaptées à l’usage que vous voulez en faire. Toutes les huiles ne sont pas safe pour la diffusion, l’ingestion ou l’application sur la peau. Pour autant, pas de panique: chez Phytosun en tout cas, c’est simplement indiqué sur chaque boite. Vous y retrouverez également en quelques bullet points les différentes propriétés de chaque huile, ce qui vous aidera à faire votre choix. Les huiles peuvent être utilisées seules ou combinées avec d’autres, dépendant de l’effet souhaité. Les huiles que j’ai testées et qui sont recommandées pour la diffusion durant l’hiver sont le Ravintsare, l’Eucalyptus Radiata, l’arbre à thé, le Niaouli et le Pin Sylvestre.
Phytosun vend également des mélanges ‘tout prêts’, que je n’ai pas eu l’occasion de tester mais qui me semblent bien pratiques pour les débutantes!

Bon à savoir: tout le monde n’est pas égal face aux huiles essentielles, et comme mieux vaut prévenir que guérir…

Pour les enfants en bas âge et les femmes enceintes
Il est impératif de n’utiliser les H.E. qu’en dosages minimes en suivant cette règle:
– 1 goutte pour les enfants de 0 à 1 an;
– 2 gouttes pour les enfants de 1 à 2 ans;
– …et ainsi de suite.
– 10 gouttes à partir de 10 ans et plus.
Certaines huiles essentielles ne sont pas adaptées à tous les âges, mais ne vous inquiétez pas, encore une fois c’est indiqué sur chaque boite. A partir de 12 ans, les enfants peuvent respirer toutes les huiles essentielles.

Pour les animaux de compagnie
Les chats ne sont en général pas de grands amateurs d’huiles essentielles diffusées. C’est donc normal s’ils se tiennent à distance, même si la diffusion d’H.E. n’est pas néfaste pour eux. En revanche, ne vous aventurez pas à appliquer ou à faire ingérer des H.E. à votre chat, leur foie est trop fragile!
Les chiens, quant à eux, peuvent bénéficier des bienfaits des huiles essentielles au même titre que les humains (et les chevaux aussi, apparemment). Attention quand même à bien vous renseigner avant d’appliquer des huiles directement sur votre chien. Dans mon cas, je ne les utilise pour l’instant qu’en diffusion, et lorsque Biceps est présent, j’utilise maximum 5 gouttes d’H.E. et règle mon diffuseur sur l’intensité minimum, juste par précaution.

Une fois les huiles choisies, c’est le moment de passer à l’action: on ouvre le diffuseur et on remplit le réservoir avec de l’eau. On y ajoute quelques gouttes en fonction du dosage conseillé, on referme et on branche. Selon votre diffuseur, vous aurez plus ou moins d’options, mon diffuseur Silva me permet par exemple de régler l’intensité de la diffusion, de diffuser en continu ou par intermittence, et d’arrêter la diffusion automatiquement au bout d’une heure. Il y a aussi une lumière qui change de couleur, mais ça c’est le côté un peu gadget ;)

phytosun-silva-diffuseur

Cela fait maintenant trois semaines que mon diffuseur Phytosun tourne à la maison, à raison de 2 fois par jour, et depuis, je n’ai plus montré de symptômes grippaux. De là à dire que ça marche, évidemment… c’est compliqué. Tout ce que je sais, c’est que contrairement à mon habitude à cette époque de l’année, je peux respirer par le nez, et ça, c’est le principal. C’est un rituel agréable, ça sent bon, ça humidifie la pièce, ça me donne l’impression de vivre dans un salon de massage dans lequel je serais habillée et ne recevrais pas de massages.

Je l’utilise dans mon salon, dans ma chambre, dans ma salle de bains et même sur mon bureau pendant que je blogue! J’ai hâte d’en découvrir plus au fil des saisons et d’en apprendre davantage sur les applications des huiles essentielles, j’enquête actuellement sur la possibilité de lutter contre les petits boutons et d’intervenir sur mon cuir chevelu… Affaire à suivre!

blog comments powered by Disqus