L’Utah – Zion, Bryce Canyon & Monument Valley

Si l’Utah est surtout connu pour ses valeurs conservatrices (c’est l’état des mormons), c’est aussi la région qui abrite certains des plus beaux paysages que j’ai pu voir dans ma vie. Verdure, déserts gris, roches rouges, cours d’eau de toutes les couleurs… pour une petite native du pays plat, ce fût une sacrée expérience d’y conduire et d’y marcher pendant plusieurs jours.

zion sunset

Notre premier stop dans le coin était l’inratable Zion, un des parcs nationaux les plus réputés du pays et un véritable paradis pour les amateurs de randonnée (on n’avait donc pas vraiment le profil, mais on a quand même adoré). Dès notre arrivée, nous sommes tombés sous le charme; entourés de montagnes, de chalets en bois et d’arbres, dans le silence de la vallée (l’avantage de la basse saison), nous nous sentions comme de petits aventuriers, prêts à partir à la conquête de la nature.

zion overlook

Le premier jour, nous avions quelques randonnées faciles au programme. La première, la Canyon Overlook Trail, est une courte marche de moins d’une heure aller-retour qui permet de s’échauffer et surtout, d’admirer une moitié du parc à partir d’un point de vue de premier choix. En chemin vers là, en voiture, vous passerez aussi forcément par le tunnel Mount Carmel, qui fut creusé dans la montagne afin de relier les deux parties du parc, et agrémenté de grandes ‘fenêtres’ qui donnent une vue imprenable en contrebas (attention si vous avez le vertige, et surtout gardez les yeux sur la route)!

zion secret trail

Une fois mis en jambe, nous nous sommes lancées dans une randonnée secrète; si vous me connaissez, vous savez que l’improvisation, c’est pas trop mon genre, et que j’aime bien être préparée – et il y a une bonne raison pour ça. Eh non, ce n’est pas juste pour le plaisir de lourder tout le monde, c’est surtout parce qu’en faisant des recherches, on ne perd pas de temps aux pièges à touristes, et on peut foncer vers les vrais bons plans, ceux qu’on ne trouve pas dans toutes les brochures au stand info. Comme ce chemin ‘secret’ (allez, j’avoue, il a un nom –  la Pine Creek Waterfall trail), où vous ne croiserez pas grand monde et où vous devrez un peu vous frayer votre propre chemin entre l’eau, les rochers et les arbres morts, mais qui récompensera vos efforts par un moment privilégié au pied d’une petite cascade. L’eau est froide, mais c’est la vue qui compte!

Merci au blog Dirt In My Shoes, qui m’a permis de découvrir cette petite merveille cachée.

Après une petite pause pique-nique, nous avons terminé la journée par une dernière randonnée jusqu’au niveau le plus haut des Emerald Pools (les deux autres niveaux étaient fermés à cause d’un éboulement, ça arrive), une autre chouette petite marche à flanc de montagne (idéal pour prendre des photos à couper le souffle) qui mène vers une série de mini-étendues d’eau et se conclut, encore une fois, au pied d’une cascade. La marche jusqu’aux Upper Emerald Pools nous a pris environ 1h30.

zion angels landing

Pour le deuxième jour, nous nous étions réservé LE gros morceau: Angels Landing. Cette randonnée est connue dans le monde entier car elle est longue, difficile et périlleuse. Après une grosse heure de marche sur des routes goudronnées très pentues, on arrive effectivement au pied d’un parcours dans les rochers. Le moment où vous pensez être arrivés au bout, et réalisez que vous n’avez même pas encore commencé. Angels Landing s’étend donc pour la plupart sur un parcours qui n’est qu’à moitié balisé, et où on se retrouve parfois à quelques centimètres du vide. Un très, très grand vide. J’insiste, parce que si vous en avez peur et que vous n’êtes pas là pour vous dépasser, il vaut mieux ne pas s’y aventurer. Et que si vous voulez vous lancer, il vaut mieux bien vous équiper (j’ai vu des gens rebrousser chemin parce qu’ils étaient venus en tongs). Personnellement, même si avec le recul je suis contente d’en être venue à bout, je vous avoue que j’ai craqué plus d’une fois en chemin et versé quelques larmes tellement j’avais peur d’y laisser ma vie. Et après coup, je m’étonne finalement qu’il n’y ait ‘que’ 7 personnes qui y soient décédées depuis 2004.

Spoiler alert: voici la vue depuis TOUT EN HAUT (bah oui, j’ai vaincu ma peur alors je peux bien faire la maligne avec mes photos prises depuis le sommet)!

zion angels landing

C’est beau, mais comme je n’osais pas plus m’approcher du bord, je ne saurai jamais à quel point. J’ai quand même réussi à me faire quelques amis chipmunks, il y en a partout dans les hauteurs du parc et ils m’ont tenu compagnie pendant que je me calmais les nerfs ;)

angels landing chipmunk

Nous nous en sommes sortis en 4-5 heures, ne sous-estimez donc pas l’aventure! Emportez suffisamment d’eau, de bonnes chaussures de marche, un sandwich et de la crème solaire, et préparez-vous à vivre une expérience unique (ça, c’est sûr, on ne m’y reprendra plus :P).

Le même jour, nous avons également été voir Weeping Rock, c’est une mini randonnée beaucoup plus chill et accessible qui vaut vraiment la peine également, car elle mène à un rocher énorme qui, comme l’indique son nom, pleure 😱

 

zion cabins

Pour le logement, vous avez deux options:

  • dormir dans l’enceinte du parc, soit dans l’hotel Zion Lodge, soit dans une cabane appartenant au même complexe. C’est cher (en hors saison, nous avons payé plus de 200$ la nuit), mais c’est cosy, typique, et surtout, cela vous permet de bénéficier d’un accès en voiture à l’intérieur du parc et d’une place de parking garantie (sinon, bonjour la bataille). Vous pouvez également réserver un emplacement de camping (mais renseignez-vous sur les conditions météo et surtout, prenez-y vous à temps).
  • dormir juste à l’entrée/sortie du parc, dans le petit village de voyageurs Springdale. C’est vraiment la porte à côté, il y a quelques restos et magasins pour vous ravitailler et surtout, cela coûte beaucoup moins cher, sans spécialement être moins charmant. Nous avons passé notre première nuit dans le Zion Pioneer Lodge, un motel basique mais propre et confortable, avec un personnel super aimable et une vue plutôt sympa sur la montagne. Je vous le conseille vraiment, il est bien placé et est l’un des plus raisonnable au niveau des prix (je pense qu’en basse saison, nous avons payé environ 75 euros). Et il y a une pizzeria pas trop mal juste à côté ^^

 

Après Zion, nous étions fatigués et n’avions qu’une envie: aller nous coucher dans notre hotel, qui n’était qu’à une vingtaine de minutes de la sortie est. Mais voilà: en faisant le topo sur la route à prendre, nous avons aussi réalisé que nous n’étions qu’à 1h30 de Bryce Canyon, qui se trouvait sur notre wishlist mais que nous n’avions finalement pas retenu par manque de temps. Il était déjà 16h, mais nous avions envie de tenter le coup et d’y arriver avant le coucher du soleil. Après tout, on n’est pas là pour dormir, mais pour s’en mettre plein la vue (remarquez l’optimisme de la première semaine de voyage!).

bryce canyon snow winter

Et nous avons tellement bien fait! Même si nous n’avons pu y passer qu’une heure, et n’en avons eu qu’un aperçu infime, nous avons eu la chance de témoigner d’un coucher de soleil unique sur un Bryce Canyon enneigé. Car bien qu’on ne soit qu’à 1h30 de Zion, le climat y est complètement différent! Alors que Zion se préparait à accueillir les visiteurs du Spring Break, Bryce était encore fermé pour quelques semaines, certaines randonnées inaccessibles car trop glissantes ou encombrées par l’hiver, qui y reste beaucoup plus longtemps.

C’est dans le noir que nous nous sommes finalement dirigés vers notre motel, en priant pour ne pas heurter d’animaux (ce n’est pas une blague, on a vu de tout sur le bord de la route, et même un troupeau de vaches traverser tranquillement l’autoroute). Un bon bain chaud, une longue nuit de sommeil et un solide petit-déjeuner plus tard, nous avons repris la route pour quelque heures, direction un autre incontournable: Monument Valley!

monument valley

Un paysage que vous reconnaîtrez sûrement puisqu’il a été le cadre d’un nombre incroyable de films, clips, shootings et autres constituants de notre inconscient collectif. Monument Valley est un territoire navajo, cela implique donc des installations relativement rudimentaires sur place (pas de routes goudronnées par exemple, encore une fois nous étions contents d’être en 4×4), mais comme c’est un site touristique assez prisé dans le coin, les gérants ont eu la bonne idée d’y construire un hotel (The View) avec vue sur les ‘monuments’.

Et depuis peu, une flopée de petites cabanes ont poussé à côté du terrain de camping (où vous pouvez également séjourner), et c’est l’option que nous avons choisie (car le prix était le même qu’une chambre d’hotel et que nous avions envie d’être à notre aise, au calme, seuls.

monument valley view cabins

J’aimerais vous parler du coucher de soleil magnifique auquel on a eu droit mais les mots me manquent, tellement c’était impressionnant. Assise sur mon balcon avec un verre de vin d’ice tea (l’alcool est interdit sur les territoires navajo!), j’avais le sentiment d’être incroyablement chanceuse et privilégiée. Le lendemain, je me suis réveillée avec la lumière du jour qui venait à nouveau se poser sur les plaines de l’autre côté de ma fenêtre.

monument valley

Après 1h de photos et un petit déjeuner maison (‘cuisiné’ dans la cabane, qui ne s’est d’ailleurs pas vraiment avérée être équipée donc n’espérez pas vous lancer dans des oeufs-bacon), nous sommes partis à la découverte du parc. La visite s’articule autour d’une grande boucle qui sillonne parmi les monuments, avec des points de vue partout pour s’arrêter et prendre des photos (ou tout simplement admirer les merveilles que la nature a mis à votre disposition).

monument valley portrait

La boucle prend entre 1h30 et 2h à parcourir (dérapages contrôlés et poses sur les rochers compris :p) mais il y avait peu de monde, une bonne raison de s’y aventurer en se levant (d’autant plus que la température peut grimper très vite après 11h).

monument valley portrait

Bon, alors, vous me croyez maintenant qu’on s’en met plein la vue en Utah? La prochaine fois, je vous parlerai du Colorado – l’état voisin aux paysages presque opposés!

blog comments powered by Disqus