Biceps le bouledogue

Posted in PersonnelTagged with , 1 Comment

12809737_10153554039861375_2524549571403805516_n

Depuis maintenant un mois, je suis l’heureuse – et fatiguée – propriétaire d’un petit chiot, un bouledogue français prénommé Biceps.

La plupart d’entre vous ont probablement déjà aperçu sa petite bouille sur Instagram et Snapchat (j’essaye de me contrôler mais c’est vraiment difficile de ne pas le filmer/photographier en permanence tellement il est mignon), et je vois bien qu’il est en train de me voler complètement la vedette ;)

Screen Shot 2016-05-22 at 21.43.44

Ne vous trompez pas, je suis ravie que tout le monde ait envie de le caresser, de jouer avec lui ou de prendre un selfie, mais j’ai l’impression qu’au final, la vision que j’en donne est tronquée et crée l’illusion que tout n’est que mignonneté, jeux et fierté, ce qui n’est évidemment pas vraiment le cas.

Du coup, je tenais à faire un article plus long, histoire de pouvoir parler aussi de l’envers du décor, des aspects que je ne filme pas spécialement mais qui, au final, revêtent une importance primordiale. En espérant pouvoir éclairer ceux et celles qui auraient envie, eux aussi, d’adopter un chien :)

Screen Shot 2016-05-22 at 21.47.10

Je précise que je ne me prétends pas du tout experte, j’ai eu beau lire pas mal de bouquins sur l’éducation des chiots et m’envoyer des marathons de vidéos de Cesar Millan aka le Dog Whisperer, je n’ai aucunement la prétention de tout savoir: c’est mon premier chien et j’apprends tous les jours! Je souhaite simplement partager mon expérience personnelle, maintenant que je suis en plein dedans, sans toutefois prétendre être l’exemple ultime.

Screen Shot 2016-05-22 at 21.47.34

Première chose à savoir, et la plus importante à prendre en compte lorsque l’on prend la décision d’adopter un chien: un chiot, ça va vous changer toute votre vie. Et pas genre il va falloir penser à acheter de la nourriture toutes les deux semaines et surélever les plantes. Non, je parle de se lever tous les jours à 7h30 et de démarrer sa journée avec une routine nettoyage de caca + sortie en espérant qu’il fasse ses besoins au bon endroit + l’encourager gentiment à finir son assiette. Qu’il pleuve ou qu’il fasse beau, même avec la gueule de bois, même quand vous êtes en retard, même quand vous vous êtes couché(e) à 5h30, même quand vous n’avez pas le temps ou pas envie.

Je vous parle de revenir tous les jours sur le temps de midi pour, à nouveau, le nourrir et le sortir, et quasi à coup sûr devoir nettoyer du pipi et du caca étalés sur le sol. Anticiper le moindre de vos déplacements, qu’il s’agisse d’une soirée avec des amis, de vacances ou d’une après-midi shopping.

Adopter un bébé chien, c’est en faire sa priorité! Il a besoin de consistance et de régularité, il est donc hors de question d’improviser et de « faire comme on peut et on verra ». C’est relou, mais ça paye, lentement mais sûrement. Plus vous serez strict(e) avec le chien et avec vous-même, plus vous remarquerez des résultats. Dès que votre chien s’habituera à votre routine, vous observerez les premiers progrès et là, c’est larme à l’oeil garantie et fierté intersidérale.

Mais réfléchissez bien: un chien, c’est beaucoup, beaucoup de responsabilités. Êtes-vous prêt(e) à faire les sacrifices qui permettront à votre chiot de s’épanouir et de subvenir à ses besoins? Sachez ce qui vous attend, il n’y a rien de plus horrible que les gens qui revendent leur chiot au bout de 6 mois parce qu’ils ne sont pas prêts à en assumer les contraintes.

Screen Shot 2016-05-22 at 21.44.07

Soyons honnêtes: quand j’ai démarré les démarches pour adopter Biceps, je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait. C’était un acte avant tout égoïste: je ne l’ai pas sauvé de propriétaires mal intentionnés, je ne l’ai pas recueilli dans un refuge. Non, ça faisait quelques années que j’avais envie d’avoir un chien, un bouledogue français, mâle, que j’appellerais Biceps. J’avais envie de trouver de l’amour et de la complicité dans un animal qui me déroulerait le tapis rouge à chaque fois que je débarque dans la pièce. Je me voyais m’exclamer devant sa mignonneté et faire la sieste avec lui, le cajoler quand j’avais le moral dans les baskets et faire des balades avec lui quand il ferait beau.

Screen Shot 2016-05-22 at 21.43.55

Au fur et à mesure des préparatifs, j’ai vite réalisé qu’adopter un chien comporterait bien d’autres aspects, et qu’il fallait que je me responsabilise. J’ai un peu honte de l’avouer, mais j’avais un peu pris le truc par-dessus la jambe, et au fil de mes lectures, j’ai appris à voir les choses sous un autre angle: celui des besoins de mon chien. Et effectivement, je remarque que c’est là la clé de la relation que je suis en train de construire avec lui. Pour que tout se passe bien et pour que la complicité se crée, il faut penser à lui avant de penser à vous. Il faut essayer de se mettre dans sa peau, de comprendre lorsqu’il essaye de communiquer, d’anticiper ses réactions, mais aussi de prendre de la distance pour prendre les bonnes décisions: ne pas le punir quand il a pissé sur le tapis, même si c’est tentant parce qu’on est frustré et qu’on n’a pas vraiment d’autre issue pour l’exprimer. Ne pas aller le consoler quand il pleure comme un petit loup, pour lui apprendre à être tout seul. Ne pas s’impatienter quand il pleut et qu’on attend déjà depuis 10 minutes que Monsieur fasse sa crotte.

Screen Shot 2016-05-22 at 21.43.34

Avoir un chiot, c’est aussi un sacré ascenseur émotionnel. Chaque jour. C’est flipper quand vous êtes au travail (« et s’il avalait un truc de travers? Et s’il n’avait plus d’eau? »), faire des cauchemars la nuit, googler un truc complètement impensable tous les quarts d’heure (qui eût cru qu’un jour, je taperais les mots-clé « chiot pénis », et pourtant…), s’interroger sur la symétrie de sa démarche et questionner sa propre autorité à chaque fois que la bête mange ses propres excréments.

Et malgré tout, il suffit qu’il me regarde avec ses yeux de bébé, qu’il me lèche les chevilles quand il se réveille ou qu’il aille faire pipi tout seul au bon endroit pour que je réalise que tout ça en vaut grave la peine, et que j’étais vachement plus prête que je ne le pensais.

 Screen Shot 2016-05-22 at 21.43.19

Après 4 semaines nous sommes devenus quasi inséparables, il me suit même de temps en temps à mon bureau! Si vous recevez un mail avec plein de fautes de frappe, vous savez maintenant pourquoi. Je dois encore lui apprendre à frapper une touche à la fois… ça avance.