41 heures et 52 minutes à Londres

Posted in Voyage1 Comment

London big ben

J’adore Londres. Je ne m’y sens pas du tout chez moi, mais ça m’amuse d’y jouer à la touriste. C’est une ville agréable, belle, pleine d’énergie. J’essaye d’y aller au maximum une fois tous les deux ans, mais à chaque fois, malheureusement, c’est la course. Un week-end, c’est court, trop en tout cas pour faire ne fût-ce que le quart de ce que je voudrais.

London Shakespeare

Cette fois-ci, je suis partie avec mon homme pour deux jours relativement improvisés, avec un seul mot d’ordre: faire des choses qu’on n’avait encore jamais faites dans la capitale anglaise, quitte à snober nos endroits préférés. L’occasion de découvrir de nouveaux quartiers et de tester les restaurants recommandés par les copains!

Divertissement

The Book Of Mormon London

Quelques jours avant de partir, je confesse à l’élu de mon coeur ne jamais avoir vu de comédie musicale en live. Oui, je sais, c’est impardonnable! Du coup, je dégaine mon ordinateur et nous nous mettons en quête de deux tickets qui me permettront de réparer cette erreur au plus vite.

Et là, gros coup de bol: The Book Of Mormon, que nous rêvions tous deux de voir un jour, se joue en ce moment dans le Prince Of Wales Theater. Et il reste deux tickets pour le vendredi soir. Abordables. Autant vous dire qu’ils ont filé dans notre poche!

Et honnêtement, ce fût la meilleure décision du week-end: ce spectacle est un véritable chef d’oeuvre. Si vous êtes fans de l’humour de Trey Parker et Matt Stone (les créateurs de South Park, à qui l’on doit également BASEketball, Team America ou encore Orgazmo), attendez-vous à vous pisser dessus pendant 2 heures et demie. L’écriture, intelligente et potache, décrit le culte mormon dans toute son absurdité et ose se rire du racisme, de la maladie, de la religion, du colonialisme. Les comédiens sont juste brillants, les chansons drôles et entrainantes, la mise en scène précise et flamboyante à souhait.

Ca valait sérieusement son pesant de pounds – et si vous ne me croyez pas, peut-être vous laisserez-vous convaincre par les nombreuses récompenses remportées par cette comédie musicale atypique et incontournable.

Comptez entre 30£ et 200£ par ticket (en fonction du jour, de l’heure et du placement).

London big benLondon eye

Le samedi, à défaut de pouvoir réserver une partie de bowling dans une ambiance rétro au All Star Lanes (l’impro, c’est une tactique qui ne fonctionne pas vraiment pour les endroits très prisés!), nous avons opté pour une soirée ultra-régressive au Namco Funscape, une salle d’arcade sur 3 étages située à 2 pas de Big Ben et du London Eye, le long de la Tamise. Mario Kart, Dance Dance Revolution, Time Crisis, Speed Of Light et même des tables de billard, de ping-pong et des AUTO-TAMPONNEUSES (!!!)… tous les grands classiques y sont représentés et n’attendent que vous et vos pièces de 1£. Et même moi, qui ne suis pas une grande gameuse, je me suis prise au jeu en quelques minutes.

Prévoyez 10 à 20£ par personne en fonction du temps que vous comptez y passer (+ boissons, environ 4,50£ la bière – oui, c’est cher, c’est Londres :D).

namco funscape london

Photo Yelp

Manger

Five Guys London

Five Guys, c’était un des trucs que je voulais absolument faire: après être passée complètement à côté du concept lors de mon séjour à New-York, je m’étais promis de ne plus jamais refaire la même erreur. Quand le premier restaurant londonien a ouvert en été 2013, j’ai donc juré que mon prochain repas sur le sol anglais serait un de leurs burgers. Et j’ai attendu jusqu’en 2016, mais j’ai tenu ma promesse! Et je ne le regrette pas un instant. Franchement, on peut difficilement faire mieux comme fast food: aliments frais, burger personnalisable quasi à l’infini (et meilleur que la plupart des burgers qu’on nous sert dans ici dans un burger bar hipster), frites super savoureuses… je ne retiens que du positif de cette courte expérience gustative et bien grasse, qui aura eu le mérite de me réconcilier avec le fast food – bon ok, j’avoue, j’adore ça, mais encore plus quand on ne me fait pas engloutir des frites en carton et un hamburger en plastique.

Comptez un peu plus de 10£ par personne pour un menu.

Inamo London

Le vendredi, après s’être bidonnés devant The Book Of Mormon, on avait encore un petit creux. Et l’un des avantages de Londres, par rapport à la Belgique, c’est que même à 22h30, on peut encore aller manger un bout. Notre choix s’est porté sur Inamo, une enseigne asiatique recommandée par l’un de mes collègues. On y mange des sushis, edamame et autres gourmandises sur une table interactive, qu’on pilote soi-même à l’aide d’une télécommande et sur laquelle on peut jouer à Pong en attendant l’entrée, ou visionner le chef en train de préparer le dessert. C’est un peu gadget, mais c’est rigolo! Pour ne rien gâcher, tout ce qu’on a commandé était absolument délicieux, y compris les cocktails qui étaient franchement incroyables. Le tout pour environ 40£ par personne, boissons comprises.

Lantana Cafe London

Autre découverte, cette fois-ci grâce à Foursquare, aka mon éternel meilleur ami en citytrip, le Lantana Cafe, où nous avons dû nous rabattre après s’être vu dire par la nana du Breakfast Club qu’il nous restait « environ 1h40 de file » avant de passer à table (celui-là, décidément, je n’arriverai jamais à y mettre les pieds – pas question que je me lève aux aurores non plus hein, faut pas déconner, ça peut pas être SI bon que ça).

Le Lantana Cafe, donc, c’est un petit café australien situé dans le quartier de Fitzrovia, où l’on sert un cappuccino délicieux et toutes sortes de délicieusetés pour un brunch/lunch réussi. Mon choix s’est porté sur leur « Full Lantana », avec oeufs pochés et supplément de saucisse, mais on y sert également des spécialités un peu plus light pour ceux qui arrivent à contrôler leur envie irrépressible de se faire un bon vieux English breakfast. Pas moi, genre.

Comptez entre 15£ et 20£ par personne – c’est pas donné mais c’est copieux et c’est bon!

London Da Mario

Dernière étape mémorable: Da Mario, aka « la pizzeria préféré de Lady Diana », comme nous le découvrirons en quittant le restaurant (on est doués, oui). Encore une fois, c’est grâce à Foursquare que nous nous y sommes retrouvés: on avait envie d’italien, celui-là scorait très bien sur l’application et nous n’avions qu’à traverser Hyde Park pour y arriver depuis notre hôtel. Nous y avons donc mis les pieds un peu par hasard, et nous avons bien fait! Le restaurant ne paye pas de mine: comme tout bon établissement italien, les murs jaunis sont décorés de vieilles photos de famille et de cartes d’Italie. Après une petite demi-heure d’attente au bar, on nous installe enfin à table, le menu devant les yeux, dans une espèce d’alcôve. Je comptais commander une pizza, mais j’ai changé d’avis en voyant qu’ils avaient des pâtes fraîches faites maison – ce serait quand même dommage de s’en priver!

Bilan: une des meilleures assiettes de pâtes que j’aie jamais mangé, un service impeccable et une addition pas trop salée – 30£ par personne.

London Da Mario

Logement

Grande Royale London Hyde Park hotel

Nous avons séjourné au Grand Royale London Hyde Park, un magnifique hôtel situé dans un vieux bâtiment à deux pas (sans exagérer) de la station Queensway (Central Line). La chambre était basique mais très propre et bien équipée (évidemment je n’ai pas pris de photo, boulet que je suis), mais ce sont surtout les espaces communs qui valent le détour! Siroter un cocktail assis dans un des Chesterfields, les yeux rivés sur l’un des tableaux qui décorent les murs boisés… on fait difficilement plus cliché, mais j’ai personnellement adoré. En passant par booking.com, nous en avons eu pour environ 150€ par nuit pour une chambre double – ce qui est très acceptable pour un hôtel aussi bien situé dans Londres.

Grande Royale London Hyde Park hotelGrande Royale London Hyde Park hotelGrande Royale London Hyde Park hotel Grande Royale London Hyde Park hotel

Quelques notes générales…

  • nous pensions devoir avoir recours à Uber, mais au final nous nous sommes toujours déplacés via l’Underground, qui est décidément le moyen de transport le plus rapide et performant dans la capitale britannique. Si vous restez un week-end, l’Oyster Card (carte de transports prépayée) sera votre meilleure amie.
  • après y être allée complètement à l’arrache et sans rien prévoir ni réserver, je ne peux que vous conseiller de ne pas suivre mon exemple et de vous renseigner un maximum avant de partir, voire de réserver les restaurants ou autres activités très prisé(e)s. J’enrage encore de ne pas avoir pu faire de bowling à All Star Lanes…
  • nous avons réussi à passer tout un week-end cashless (sauf au Namco Funscape évidemment)! Au final, payer avec MasterCard partout où nous allions revenait moins cher au niveau frais. A vérifier avec votre banque évidemment, mais si vous voulez éviter le bureau de change, c’est une bonne alternative.
  • quand Eurostar vous dit d’arriver maximum une demi-heure avant le départ du train pour procéder au check-in, ça veut vraiment dire maximum une demi-heure. Ce message vous est transmis par une nana qui a dû abandonner son petit-déjeuner au Pain Quotidien de St Pancras pour répondre au dernier appel pour les passagers à destination de Lille-Europe/Bruxelles.
  • ce billet n’est sponsorisé par rien ni personne, j’ai tout sorti de ma poche – eh oui, ça existe encore, des blogueuses qui payent pour leurs vacances ;)