Style, beauté, racisme

Posted in Beauté, Grande gueule1 Comment

Le ton de ce blog a toujours été plutôt léger, voire superficiel: je parle de vêtements, de cosmétiques, de baskets, de belles photos, de musique, de trucs à faire pendant le week-end. Je ne pars pas dans des grandes tirades, je n’attaque personne. Parfois, il m’arrive de donner mon opinion sur un sujet qui me touche, mais c’est vraiment très rare qu’un de mes blogposts ait une signification un peu plus profonde que « haaannn j’aime trop/je veux/je suis super contente ».

Pourtant, en vieillissant, je me préoccupe de plus en plus de certaines problématiques qui animent le monde, et je suis également de plus en plus à l’aise avec l’idée d’en parler ici, sur mon blog.

Aujourd’hui, j’avais envie de prendre de la distance et de réfléchir à une série d’événements et de commentaires que j’ai lus ou entendus ces derniers mois, et qui m’ont mise très mal à l’aise. Certains d’entre eux m’étaient directement adressés, mais la plupart étaient des propos postés dans les commentaires sur Mashable, sur Twitter, Instagram, ou dans des « articles » dopés au clickbait.

kylie-jenner-wears-cornrows-instagram-photo

Tout a commencé avec Kylie Jenner. Vous vous souvenez de ses tresses, pas vrai? Vous vous souvenez du débat que ça a lancé aux Etats-Unis? Parce que « les tresses plaquées sur la tête, c’est un truc de blacks »? Ok. Kylie Jenner a un style unique et est connue pour ça. Que vous approuviez ou non, que vous aimiez ou pas. Elle porte de longs faux ongles, des joggings, des décolletés, des diamants partout. Elle est aussi connue pour régulièrement donner un coup de gonflette à ses lèvres à l’aide d’un chirurgien esthétique et d’une tonne de rouge à lèvres. Tant mieux pour elle! On s’en fout, pas vrai? Ben non, on s’en fout pas. Parce qu’à cause de ses préférences vestimentaires qui reprennent certains codes du hip hop et du r’n b, de ses grosses lèvres et de sa coiffure « africaine », Kylie est régulièrement accusée de « vouloir devenir black ». Pourtant, il y a plein de filles, célèbres ou non, qui s’habillent comme elle, qui se font gonfler les lèvres, qui portent du bling. Mais Kylie est blanche, ce qui apparemment rend la chose complètement inacceptable. Est-ce que je suis la seule que ce genre de pensée dérange? Attendez, on arrive au moment où ça devient personnel.

nadia-kara

Il y a quelques semaines, j’ai participé à un event pour la marque HEMA, où j’ai eu la chance de me faire tresser les cheveux par Hair by Hoodrat. J’ai tout de suite adoré, je me sentais au top, la coiffure a tenu plus de 3 jours et j’ai reçu plein de compliments de gens qui me disaient que ça m’allait trop bien. Super souvenir pour mon égo. Sauf qu’apparemment, cette innocente impulsion s’est avérée complètement insensible envers une personne qui, se sentant offensée par mes cheveux, a décidé de me dire que j’étais « peut-être un peu raciste et ignorante ». Oui oui, vous avez bien lu. Heureusement, cette remarque ne m’est pas arrivée en plein visage dans la vraie vie; elle s’est présentée sous la forme d’une notification Instagram, ce paradis anonyme où n’importe qui peut dire ce qu’il veut à tous ceux et celles avec qui il ou elle n’est pas d’accord. En gros, un média parfait pour lâcher toute sa haine sur un pauvre selfie innocent.

Mon erreur a été d’effacer le commentaire immédiatement. Je ne voulais pas que celui-ci ait des conséquences, je ne voulais pas que les gens le voient et se posent la question de savoir si oui ou non j’étais raciste. Je voulais juste que cette insinuation disparaisse. J’étais choquée et blessée d’avoir été accusée d’une chose pareille. Ca m’a hanté pendant des semaines. A un point que j’ai même fini par me poser la question, en me demandant s’il était possible, malgré tout, d’une façon ou d’une autre, que deux tresses sur ma tête puissent heurter la sensibilité de quelqu’un. Le truc, c’est que j’ai eu beau retourner le problème dans tous les sens, je ne comprends pas comment un choix esthétique aussi inoffensif puisse être taxé de raciste. Etant moi-même un mix assez funky de gênes européens et africains avec de lointaines origines asiatiques, et ayant toujours évolué dans un environnement très multiculturel, je ne me pose même pas ce genre de question: le racisme est une notion qui est plutôt loin de mon quotidien. Si ce n’était pour quelques abrutis qui se donnent pour mission de le rappeler chaque jour sur Facebook et sur les sites de SudInfo, j’oserais même dire que le racisme est un concept daté et barbare, qui n’a pas du tout sa place dans le monde moderne. Sauf que la réalité est différente, et qu’il y a bel et bien toujours une place.

Ce qui me révolte, au-delà de l’accusation, c’est le fait qu’en 2016, il y ait encore des gens pour penser que certains attributs physiques sont réservés à certaines couleurs de peau. Est-ce qu’il ne serait pas grand temps qu’on se débarrasse de cette vision raciste du style et de la beauté? Pourquoi un vêtement, un produit de maquillage ou une coiffure devraient-ils être l’apanage des blacks, des blancs, des asiatiques ou des latinos? N’est-ce pas terriblement conservateur de vouloir ainsi construire des cloisons entre les différentes couleurs de peau? En perpétuant ces préjugés, on nourrit l’inégalité de nos sociétés, on légitime les trouducs qui affirment qu’il y a bel et bien une limite à ce que certaines couleurs de peau peuvent ou ne peuvent pas faire. La réalité actuelle, en Belgique par exemple, est de toute façon bien plus complexe que ça: des dizaines de vagues d’immigration, arrivant du reste de l’Europe, d’Afrique, d’Asie, d’Amérique du Sud… se sont chargées de changer notre pays monochrome en une société métissée, aux cultures diverses et riches. Les couleurs, les langues et les origines se mélangent et déteignent les unes sur les autres, et ça fait déjà plusieurs générations! Notre monde va en se diversifiant de plus en plus, et c’est ce qui le rend si génial. Je pense qu’on doit voir de façon positive le fait que ces influences venues de partout se mélangent et créent une multitude de cultures mondiales appropriables par tous, au lieu d’essayer de les cloisonner. Plus on essayera de séparer les communautés, de marquer les différences, plus on créera un sentiment de rejet les uns chez les autres. Et moins on sera capables de vivre ensemble. Il faut que nous ouvrions nos frontières, nos bras, que nous partagions nos connaissances et nos idées pour, tous ensemble, construire un futur qui déchire!

Je n’aurais jamais pensé écrire un article au sujet aussi sérieux – après tout, je ne suis coupable que de m’être fait tresser les cheveux – mais le fait que cet acte aussi simple ait pu provoquer un tel impact sur la vision que certaines personnes ont de leur identité (et de celle des autres) m’a fait beaucoup réfléchir. J’ai l’impression que les différences sont devenues un sujet tellement sensible, surtout aux Etats-Unis, que les gens se sont enfermés dans leur tout petit monde où le moindre geste est interprété de la pire façon qui soit, et où au final, on a beaucoup moins de tolérance les uns pour les autres, ce qui entraîne encore plus de racisme.  Il faut que les gens arrivent à réfléchir, et à faire la différence entre des mots ou des actes racistes, et ce qui sont juste les conséquences très saines d’un monde qui évolue vers une plus grande mixité. Allez, on se détend, les gens!