Dans moins de deux semaines, il sera temps de dire au revoir à 2015, et vous savez ce que ça veut dire: eh oui, le moment est venu pour les blogposts pleins de nostalgie!

 

Cette année, elle a été assez dingue pour tout le monde: certains heureux événements nous ont aidé à retrouver foi en l’humanité, tandis que d’immenses tragédies nous ont fait perdre celle-ci. Je n’ai pas l’habitude de parler de politique et de problèmes sociaux ici, et je ne vais pas commencer aujourd’hui: il y a plein d’autres personnes qui le font beaucoup mieux que moi, je préfère donc leur laisser la parole.

 

De mon côté, je vais plutôt revenir sur MON année 2015 – comme une grosse connasse égocentrique :)

 

berlin new year


Après une année 2014 plutôt statique et monotone, j’avais pris la résolution de voyager plus, et je suis ravie de constater que je m’y suis plutôt bien tenue: j’ai commencé l’année à Berlin, je suis allée à Amsterdam, Paris, Port Zélande, j’ai passé quelques jours à Barcelone pour le festival Sónar, et suis partie à la découverte de la côte ouest des Etats-Unis lors d’un roadtrip extraordinaire entre la Californie, le Nevada et l’Arizona. Evidemment, tout ça m’a coûté pas mal d’énergie et d’argent, mais honnêtement, je n’ai aucun regret. Ok, maintenant, je suis fauchée, mais c’est de toute façon le cas régulièrement, et quand j’y pense, je préfère me serrer la ceinture pour découvrir le monde que pour ne pas devoir choisir entre la robe ou le T-shirt.

 

california coast

 

Malgré tous ces beaux moments, cette année n’a pas été des plus faciles en ce qui concerne ma santé: c’est quelque chose dont je n’ai jamais vraiment parlé ici, mais tant qu’on est dans les histoires perso, autant que je vous explique… Il y a environ 10 ans, on m’a diagnostiqué une forme d’épilepsie, et après quelques années quasi sans crises, ces derniers mois, celles-ci ont refait leur apparition beaucoup plus fréquemment et lourdement. D’autre part, et je ne sais pas si les deux sont liés ou non, mon sommeil s’est fortement dégradé au cours de l’année qui vient de s’écouler. Du coup, je ne suis pas toujours aussi en forme ou concentrée que si j’avais 100% de mes capacités, ce qui est très frustrant. Dernièrement, j’arrive avec peine à cumuler quelques heures de sommeil profond et je me réveille constamment, que ce soit à cause de facteurs externes (voiture qui passe dans la rue, vent qui souffle dehors – oui, j’ai le sommeil léger) ou internes (cauchemars, apnée du sommeil). Je souffre également de temps en temps de paralysie du sommeil (googlez un coup si vous ne savez pas ce que c’est, vous verrez que c’est très chouette) et d’insomnie, ce qui me pousse régulièrement dans un cercle vicieux où je stresse tellement de ne pas m’endormir que je n’arrive pas à fermer l’oeil, ou que je me réveille au bout de 5 minutes avec l’impression d’être en train de mourir. Le plus pénible dans cette situation, c’est que le sommeil (et on s’en rend compte quand on en manque) a un impact sur absolument tout dans nos vies: le moral, l’énergie, la concentration, la patience… Mais rassurez-vous, je compte bien y remédier dans les mois qui viennent. Et je croise les doigts pour que ça ne soit bientôt plus qu’un souvenir désagréable!

 

walkie talkie squad


2015, c’est aussi l’année où j’ai rejoint les personnes les plus cool de la terre grâce à mon job chez Walkie Talkie, une agence de RP qui fait les choses comme je les aime et dans laquelle je me sens parfaitement à ma place. Et me retrouver de l’autre côté m’a vraiment permis d’apprendre pas mal de choses qui vont certainement avoir un impact positif sur mon blog. Ce job, c’est aussi une façon pour moi de me retrouver hors de ma zone de confort de façon régulière: alors que de nature, je me sens plus à l’aise cachée derrière mon ordinateur ou mon iPad, à écrire, dessiner, tweeter ou prendre des photos, travailler dans les relations publiques m’apprend lentement mais sûrement à discuter de façon naturelle avec des gens que je ne connais pas. Et je dois dire qu’on y prend goût! En tout cas, je compte bien maîtriser le small talk en 2016 ;)

 

Processed with VSCOcam with g3 preset


Tant qu’on parle de réussite, j’en profite pour vous rappeler (toute fière, la meuf) que cette année, j’ai enfin obtenu mon permis de conduire! Ce fut dur et long (that’s what she said), mais maintenant que je l’ai, je ne pourrais plus imaginer ma vie sans. Je me sens plus libre et satisfaite de moi-même, et puis, rien ne me rend jamais plus heureuse que de rayer un si gros morceau de ma to do list!
 nadia kara zalando


J’ai également franchi une autre étape importante cette année: j’ai enfin obtenu mon statut d’indépendante complémentaire, ce qui signifie en gros qu’en plus de mon job à temps plein, je peux facturer d’autres prestations que j’effectue pendant mon temps libre. Ca veut aussi dire, forcément, que j’ai plongé tête la première dans le monde des taxes à gogo, du personal branling et ajouté quelques sources de stress en plus dans ma vie. Je suis toujours occupée à essayer de m’y retrouver dans tout ça, c’est beaucoup d’un coup, surtout que je ne suis pas vraiment une championne en compta et en tâches administratives, mais je suis super heureuse de l’avoir fait.

 

Et pour finir ce blogpost, voici une photo qui n’a rien à voir avec rien, juste parce que je l’aime bien et que ça arrive rarement! 
nadia kara survivor
© Frederick Van Zandycke

 

Allez, profitez de ces quelques derniers jours de 2015, ok? Je reviens dans quelques jours pour vous dire tout de mes albums préférés de cette année!