Il y a 2 semaines, je vous avais promis de vous parler de San Francisco « la semaine prochaine ». Malheureusement, entretemps j’ai eu un petit coup de mou, suivi d’une bonne couche de déprime causée par les attentats survenus à Paris et leur impact sur notre vie ici, en Belgique.

Bref, je m’y suis finalement mise: voici donc le récapitulatif de nos aventures dans cette dernière étape de notre roadtrip américain!

san francisco

Pour terminer en beauté, nous avions donc décidé de nous accorder quelques jours pour découvrir San Francisco, la ville des rebelles, des poètes, celle où la culture hippie a trouvé son essor et où la communauté gay a affirmé ses droits. Au même titre que Los Angeles, SF fait partie de notre culture collective au travers des nombreux événements historiques, mais aussi films, séries, livres… qui y prennent place. De Mrs Doubtfire à Milk en passant par La Fête à La Maison, j’avais l’impression, même avant d’y aller, de déjà connaître un peu ‘Frisco’.

san francisco golden gate

On avait peu de temps, il a donc fallu s’organiser pour essayer de combiner musées, vues panoramiques, loisirs et manger de façon stratégique, et donc par quartier.

La première chose que j’ai appris en préparant notre séjour, c’est que San Francisco « n’est pas une ville faite pour les voitures ». Ce n’est pas faux: la ville est faite de montées et de descentes très, très abruptes (non mais vraiment, c’est à peine croyable!), mais ce sont surtout les options de parking qui posent problème. Le stationnement en rue est toujours limité à quelques heures et coûte parfois très cher, tandis que les parkings intérieurs et autres services de valet sont le plus souvent carrément impayables. Bref, dès le premier jour, nous étions décidés à prendre les transports en commun (surtout que nos trajets en bus et tram MUNI étaient compris dans notre City Pass).

Sauf que. Nous logions dans un Airbnb tout au Sud de Mission Street, l’une des artères principales de la ville. Pour arriver dans le centre, nous en avions pour 40 minutes, minimum. Et quand on n’a que 3 jours pour visiter une ville aussi énorme, chaque heure compte… après la première journée, nous avons donc finalement décidé de continuer en voiture, quitte à être les pigeons qui payent 20 euros pour garer leur véhicule une après-midi. Il faut faire des choix, nous avons fait celui de la flexibilité et de la rapidité.

C’est ce qui nous a permis, au final, de voir et faire la plupart de ce qui était sur notre wishlist, et c’est grâce à cette décision que je peux maintenant vous faire un compte-rendu aussi exhaustif – aucun regret, donc!

clarion alley san franciscoclarion alley san francisco

L’une des choses qui me tenait le plus à coeur, c’était de faire une promenade dans les quartiers du centre, en démarrant par la Clarion Alley, connue pour ses magnifiques graffiti. Ce que les guides ne disent pas, par contre, c’est que le coin est un peu craignons – tout comme San Francisco en général, mais ça c’est assez connu – et qu’il vaut mieux ne pas s’y éterniser.

clarion alley san franciscosan francisco women's building

Nous prenons donc la direction de Dolores Park (oui oui, celui de Mrs Doubtfire!!) histoire de nous y poser quelques instants pour profiter du soleil. Car depuis le moment où nous avons quitté notre Airbnb, la température a grimpé d’une dizaine de degrés! Tout comme les dénivelés impressionnants, c’est l’une des spécialités de la ville: brouillard et froid le matin, ciel clair et soleil de 10h à 17h, puis re-brouillard et re-froid. Pas pratique pour s’habiller, mais ça a un côté exotique, disons.

san francisco dolores park

Nous redémarrons ensuite direction Castro, le célèbre et iconique quartier gay de la ville. Changement d’ambiance, car ici tout est propre, mignon, les gens sourient en faisant la file pour bruncher ou font leur jogging main dans la main.

san francisco castrosan francisco castrosan francisco

Nous continuons notre promenade en descendant vers le croisement entre Haight et Ashbury, connu pour être l’épicentre de la culture hippie contemporaine. En tout cas, c’est ce que le Lonely Planet disait. En réalité, c’était surtout des boutiques kitsch et des mecs louches qui vendent de la weed en rue, même si les couleurs vives et les odeurs de bouffe rendent le coin assez agréable.

san francisco haight ashburysan francisco haight ashburysan francisco haight ashburysan francisco haight ashbury

Un peu plus loin se situe un autre quartier célèbre de San Francisco: China Town!

san francisco china town

Cette longue rue, bordée de commerces débordant de souvenirs (boules de Noël en forme de cable cars, aimants pour frigo, sabres, maillots de football) offrait, elle aussi, une drôle d’atmosphère. Moi qui m’attendais à un quartier chinois dépaysant et authentique comme c’est le cas à New-York, j’étais un peu déçue. Ici, on sent qu’on est au coeur d’une attraction touristique; les bâtiments valent le déplacement, mais il n’y avait pour moi aucune autre raison de s’y attarder.

san francisco china townsan francisco china townsan francisco china townsan franciscosan francisco stinking rose

san francisco lombard street

Plus loin au nord, on retrouve enfin l’une des rues les plus connues du monde: Lombard street! Cette rue, tellement pentue qu’il faut la parcourir en zigzag, est assez rigolote à voir, malheureusement elle est constamment prise d’assaut par les fous du selfie stick et ne peut donc être admirée qu’en essayant de faire abstraction des deux cent autres personnes qui, comme vous, sont occupées à essayer de prendre une chouette photo. Je plains sincèrement les riverains…

san francisco wave organ

Changement de quartier, changement d’ambiance: enfin, nous avons trouvé un coin calme dans cette ville de fous. C’est (presque) seuls que nous visitons ainsi le Wave Organ, oeuvre d’art réalisée par l’Exploratorium dans la baie de San Francisco. Un peu bizarre, mais très chouette à voir!

L’Exploratorium, d’ailleurs, figurait aussi sur notre to-do. Ce ‘musée’ hors du commun permet aux visiteurs d’expérimenter sur des thématiques diverses: les 5 sens, les lois de la physique, les mathématiques, le corps humain… ce qui est chouette, c’est que tout y est interactif et qu’on a plus l’impression de jouer que d’être au musée. Si vous passez à SF, je vous conseille vraiment d’y aller, que vous ayez des enfants ou que vous soyez vous-même de grands enfants. Ce musée faisait partie de ceux auxquels nous pouvions accéder avec notre City Pass: encore une bonne raison de se procurer ce dernier !

san francisco exploratorium

Et comme, grâce au City Pass, nous pouvions encore accéder à une visite au choix, nous avons décidé de nous rendre à la California Academy Of Sciences, située dans le Golden Gate Park. Dotée d’un planétarium, d’un toit végétal, d’une forêt amazonienne artificielle et d’un aquarium impressionnant, l’académie des sciences nous a permis de voir de près un tas d’animaux et de plantes rares, comme cet alligator albinos par exemple. Un véritable paradis si vous aimez la nature et la science, à éviter le week-end si vous pouvez, car il y avait énormément de monde lorsque nous y sommes allés.

California Academy of Sciences is a San Francisco albino alligatorCalifornia Academy of Sciences is a San FranciscoCalifornia Academy of Sciences is a San FranciscoCalifornia Academy of Sciences is a San FranciscoCalifornia Academy of Sciences is a San FranciscoCalifornia Academy of Sciences is a San FranciscoCalifornia Academy of Sciences is a San FranciscoCalifornia Academy of Sciences is a San FranciscoCalifornia Academy of Sciences is a San FranciscoCalifornia Academy of Sciences is a San FranciscoCalifornia Academy of Sciences is a San Francisco

Pour notre dernier jour sur place, nous avions réservé une visite d’Alcatraz. Inutile de vous dire à quel point on était excités! Rendez-vous sur le quai de départ bien à l’avance (on ne rigole pas avec l’organisation des américains – d’ailleurs si vous n’avez pas réservé votre billet, parfois des semaines à l’avance, ce n’est même pas la peine de vous présenter), pour partir en bateau vers l’île d’Alcatraz, située à à peine un quart d’heure de la côte.

san francisco alcatraz

Une fois arrivés sur l’île, nous nous dirigeons directement vers l’entrée de la prison. J’avais lu auparavant que l’audio guide était très réputé, et même si c’est quelque chose que je ne fais jamais, nous avions envie de suivre l’avis général et de visiter le pénitentiaire de cette façon. Et wow! Ca en valait vraiment la peine. Les explications et anecdotes sont racontées par d’anciens gardiens et prisonniers. C’est super intéressant et super bien fait, on y va chacun à son rythme et on prend le temps de découvrir chaque aspect. J’ai adoré la visite, le seul point négatif étant pour moi le fait qu’on nous avait annoncé un temps de visite de 2h (trajets compris) mais qu’il en faudrait en réalité bien 4 pour pouvoir visiter à l’aise toute l’île et les autres bâtiments. On aurait pu, car les visiteurs peuvent rembarquer sur n’importe quelle navette de retour, mais notre emploi du temps ne nous le permettait malheureusement plus. Si vous prévoyez de visiter Alcatraz, prenez-en donc bien compte histoire de pouvoir tirer un maximum de cette expérience!

san francisco alcatraz san francisco alcatraz

De retour sur la terre ferme! En remontant les quais, on arrive sur le célèbre Fisherman’s Wharf, un ensemble de jetées regroupant restaurants, attractions touristiques, musiciens de rue et magasins de souvenirs. Ah, et des lions de mer! :D

san francisco pier 39

Le truc le plus chouette qu’on a fait dans ce coin-là, c’est visiter Musée Mécanique, une arcade de jeux « à l’ancienne »: on retrouve des machines originales datant parfois du début du vingtième siècle, où l’on peut faire un bras de fer, connaître son avenir ou faire une partie de ski-ball! Faites le plein de quarters et découvrez comment on s’amusait avant Candy Crush et GTA!

san francisco musée mecanique san francisco musée mecanique san francisco musée mecanique san francisco musée mecaniquesan francisco fisherman's wharf

Mon sentiment après ces 3 jours à San Francisco est mitigé: on a fait des choses super (l’Exploratorium, Alcatraz, le Musée Mécanique…) mais de façon générale j’ai trouvé que la ville avait un aspect beaucoup trop touristique. On sent que c’est ce qui fait tout tourner, et j’ai eu du mal à y trouver une âme, alors que c’est justement ce que j’en attendais. SF manquait pour moi de chaleur et de convivialité, même si j’espère sincèrement changer d’avis un jour, en essayant, pourquoi pas, d’y retourner et d’y rester un peu plus longtemps.

Ceci clôt en tout cas mon récit de ce super roadtrip sur la côte ouest des Etats-Unis! Une super expérience, que je suis prête à réitérer dès que mon portefeuille s’en sera remis et que nous nous serons arrêtés sur une nouvelle destination. J’espère que mes conseils et anecdotes vous auront servi, si vous visitez les mêmes endroits n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé!