Il y a de cela (déjà!) quelques semaines, une page importante de ma vie s’est tournée: j’ai enfin obtenu mon permis de conduire!

Après 5 ans d’apprentissage, deux permis provisoires, 4 auto-écoles (2 à Bruxelles et 2 à Gand) et 5 moniteurs différents, c’est finalement en août que j’ai passé l’examen pour la première fois. Je ne pensais pas réussir du premier coup, et pourtant j’y suis arrivée – je m’étonne toujours de ne pas avoir paniqué, moi qui d’habitude suis si stressée et nerveuse, d’autant plus lors d’un événement si anticipé.

Jon-Hamm-driving-Bridesmaids-just-hilarious

 

Alors, oui, je sais: 27 ans, c’est vieux. Et honnêtement, c’était un un sale truc à porter, ça me pesait, ça me trottait constamment dans la tête. Des regards étonnés de connaissances aux mines déconfites des employeurs, j’ai vécu de sales moments. Gratter quelqu’un pour conduire la camionnette lors de son déménagement, prendre un taxi pour se rendre au milieu de nulle part, transporter des meubles en kit IKEA dans le métro… autant de situations qui te renvoient à la pénible vérité. Moi qui suis d’habitude si autonome et indépendante, qui met un point d’honneur à m’occuper de moi-même sans l’aide de personne, je ne pouvais me déplacer qu’en transports en commun, ou en compagnie de mon homme ou d’un(e) ami(e) qui possédait le précieux sésame.

Aujourd’hui, cette période de ma vie est donc derrière moi, et je me sens libérée d’un poids, prête à conquérir le monde!

c2122e99cd1e689a107cb989a0079878dd8e94167505531f4dfe3d4c3ae4202d

Mais avant ça, au vu de mon expérience, euhm, étendue, je tenais à partager ici quelques conseils, des choses que j’ai appris au fil de ces 5 années de galère et qui pourront peut-être aider ceux ou celles qui n’ont pas encore franchi le pas:

  • Passez par une auto-école, ne fût-ce que pour vous faire la main: c’est safe (puisqu’en cas de problème, le moniteur peut lui aussi piloter la voiture), dénué de tout attachement personnel (pas de dispute avec le parent/ami(e) qui aurait eu la bonne idée de vous apprendre à conduire) et ça vous permettra d’apprendre la conduite telle qu’elle doit être enseignée au moment où vous passez le permis (alors que chaque parent/ami aura ses propres manières de faire et croyances, qui parfois ne correspondront pas à la façon “légale” de conduire). Ca vous évitera de découvrir des règles lors de l’examen!
  • Choisissez votre auto-école selon les critères qui comptent: proximité avec votre maison/travail/université, qualité des cours, qualité des véhicules… même si le prix pèse beaucoup dans la décision, au final c’est un élément qui devrait passer au second plan – les cours ‘low cost’ ne sont pas souvent les meilleurs. N’hésitez pas non plus, si vous ne le sentez pas après quelques cours, à annuler le reste (attention aux périodes de rétractation!) et à changer d’établissement.
  • Débrouillez-vous pour concentrer votre apprentissage sur un an. Ce qui m’a perdue, stressée et encombrée, c’est de m’y remettre tous les X temps. J’ai dépensé une somme folle en cours de conduite, car à chaque fois je redémarrais après une longue période sans conduire, et que j’avais besoin d’un temps d’adaptation, et donc de plus de cours au final. Alors si vous comptez vous y mettre, assurez-vous que vous bénéficiez d’assez de temps et d’argent dans l’année qui vient pour pouvoir vous y mettre de façon régulière. Attention, en général, on compte qu’il faut 300 heures de conduite avant de se sentir assez à l’aise pour passer l’examen (les heures prises avec l’auto-école comptent triple, donc 100h d’auto-école).

phoebe taxi

  • Si possible, apprenez toujours avec la même personne. D’un moniteur à l’autre, même au sein d’une seule auto-école, on retrouve des différences, chacun a ses ‘trucs’. C’est aussi important de trouver quelqu’un avec lequel on a un minimum d’affinités et dont la méthode pédagogique vous convient. Certain(e)s ont besoin de sévérité, d’autres de souplesse, les uns préfèrent discuter avec leur moniteur et les autres seront attachés à un minimum de silence dans l’habitacle. C’est très personnel, mais c’est super important de trouver quelqu’un à qui vous osez poser vos questions, quelqu’un qui vous écoute, vous observe et vous connaît.
  • Il existe des moniteurs “freelance”, c’est-à-dire qu’ils possèdent un véhicule adapté (avec les pédales des deux côtés), qu’ils sont habitués à enseigner la conduite (souvent ils sont aussi moniteurs en auto-école), mais coûtent beaucoup moins cher que l’auto-école. Pratique donc pour s’exercer si vous n’avez pas de voiture à disposition, ou que vous ne connaissez personne avec qui pratiquer la conduite accompagnée. Une recherche Google vous permettra  d’identifier les moniteurs freelance dans votre ville!

clueless

  • Classique, mais vrai: passez votre permis aussi tôt que possible dans votre vie. De préférence, pendant vos études, car vous bénéficiez de beaucoup de temps libre (et pourrez donc conduire dans les heures creuses, à votre aise). Une fois entrés dans la vie active, vous serez beaucoup plus limité, et alors là bonjour les cours sur le temps de midi (si votre patron est OK de vous laisser partir 2h!), ou le matin ou le soir avant ou après le travail (ça fait de longues, longues journées!). Certes, il est plus facile de consacrer quelques centaines d’euros à l’auto-école quand on a un salaire, mais si l’argent est le frein, c’est peut-être une bonne idée de demander des heures de conduite comme cadeau d’anniversaire/Noël/… à votre famille. Pour info, selon les villes et les auto-écoles, un cours (2h) coûte entre 100 et 150 euros.
  • Dernier conseil, mais très important aussi: gardez le cap, ne paniquez pas. Il n’est jamais trop tard, rien n’est impossible. Donnez-vous les moyens de vos ambitions, faites des choix réfléchis et croyez en vous! Si quasi tout le monde a obtenu son permis, il n’y a pas de raison que vous n’y arriviez pas.

Voilà, j’espère que cet article aura été utile à certain(e)s d’entre vous, si vous avez des questions ou des remarques n’hésitez pas, je serais ravie d’échanger sur le sujet :)

tumblr_mglkbkzxb01s25eb9o1_500