Je me rends compte que plus le temps passe, moins je fais d’articles mode… la faute à l’été et aux festivals, certes, mais aussi parce que tout simplement, je passe moins ma vie à faire du shopping. Les visites aux magasins physiques sont devenues rarissimes, et si je checke mes e-shops préférés plusieurs fois par semaine, je passe de moins en moins facilement par la case panier.

7f2b9ead-d4b7-431d-8fd7-f297beb3b8ce

Alors c’est bien pour mon portefeuille et pour mon apparte, bien sûr, mais ça veut aussi dire que j’ai moins de choses à montrer ici… ce qui forcément, est moins chouette pour vous.

De ce constat a germé l’idée de faire un article sur mes meilleurs achats. Coups de tête ou réfléchis, en méga-soldes ou après de rudes économies, ils ont en commun d’avoir passé déjà un certain temps dans mon dressing sans pour autant avoir été relégués dans le bas de la pile.

J’ai donc sélectionné dix pièces qui, malgré parfois des années, ne m’ont jamais lassée… et qui me suivront probablement toute ma vie (si elles tiennent le coup, en tout cas)! Voici les 3 premières – la suite au prochain épisode ;)

 

highwaist-black-newlook-superskinny

C’est difficile de l’admettre, mais il faut bien s’y résigner à un moment: malgré maintes tentatives auprès de marques réputées et beaucoup plus chères, mon jean préféré est un… New Look. Avec sa taille haute et sa matière souple et élastique, sa coupe qui me va comme un gant et son prix qui me permet d’en racheter un chaque année, il bat tous les autres… à plate couture ;)

 

stansmith.2

Ok, je ne les ai même pas depuis un an, mais mes Stan Smith doivent être un des achats que j’ai le mieux rentabilisé. C’est bien simple, elles vont avec tout! Elles ont vécu la fête, les events mode, les festivals, les journées de rendez-vous, et même si ça se voit un peu, elles se nettoient facilement et ne font que gagner en confort.

 

zara-sweat

Et enfin, trouvé dans un bac de fin de soldes, je vous présente le vêtement que j’ai le plus porté dans ma vie: ce sweat cropped de chez Zara, qui a dû coûter royalement 10 euros et que je mets encore régulièrement les jours de manque d’inspiration.